BATTUE en Plaine à Saint-Nicolas-de-B….SANGLIERS, Sangliers

SAMEDI 7 janvier 2017.

BATTUE SANGLIERS en plaine.

RENDEZ-VOUS au Stade à 9H au plus tard. 

Venez nombreux

ACCA-SNB

Martial de ROFFIGNAC

Les voeux de Joël HUPONT

One Response to “BONNE ANNEE 2015”

  1. hupont joel, on décembre 30th, 2014 at 6:19  Said:

    Joel HUPONT souhaite une bonne année et une bonne santé a l’ensemble

    du bureau et a tous les chasseurs et que nous vivions enfin une

    nouvelle saison de chasse dans le respect du réglement pour

    l’ensemble des chasseurs de l’ACCA

ASSEMBLEE GENERALE 2017 de l’ACCA

Compte tenu des élections présidentielles qui se dérouleront en juin prochain, il n’est pas possible d’obtenir l’accès à la salle des fêtes de Saint-Nicolas-de-Bourgueil en juin.

En conséquences, l’ASSEMBLEE GENERALE de l’ACCA se déroulera le dimanche 14 MAI 2017  de 9H00 à 12H30.

Merci de noter cette date dans vos agendas.

Martial de ROFFIGNAC

GRIPPE AVIAIRE = SUSPENSION des lâchers de gibier….

Madame, Monsieur,

Dans le cadre de la surveillance de la propagation de foyers d’influenza aviaire votre fédération vous transmet ci-dessous, à titre d’information, la note de la Direction Départementale de la Protection des Populations, en date du 7 décembre 2016.
En résumé : le transport et le lâcher de gibiers à plumes sont interdits, sauf dérogation écrite de l’administration, notamment pour les faisans et perdrix, dans les conditions fixées ci-dessous. Contactez votre éleveur si vous souhaitez avoir des précisions.

Recevez mes cordiales salutations en Saint Hubert.

Alain Belloy. Président de la Fédération Départementale des Chasseurs d’Indre et Loire.

Note de la direction Départementale de la Protection des Populations, d’Indre et Loire.  07/12/16.
Objet : mesures de lutte contre l’influenza aviaire- détenteur de gibier à plumes.
A la suite de la découverte de plusieurs foyers d’influenza aviaire hautement pathogène H5N8 dans des élevages du Sud-ouest et de cas dans la faune sauvage dans le Pas-de-Calais et la Haute-Savoie, le ministère de I ‘Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt a décidé de relever le niveau de risque vis-à-vis de la maladie au niveau « élevé » sur l’ensemble du territoire national, par arrêté ministériel du 5 décembre 2016.
Ceci a pour conséquence le renforcement de la surveillance des mortalités d’oiseaux sauvages mais également la mise en œuvre de mesures concernant les détenteurs, professionnels ou particuliers, de volailles et autres oiseaux détenus en captivité.

Concernant les gibiers à plumes, les conditions de prévention sont les suivantes :
Le transport et le lâcher de gibier à plumes sont interdits.
• Il n’y a aucune dérogation possible pour les lâchers de palmipèdes (colverts).
• Pour les lâchers de gibiers de l’ordre des galliformes (faisans, perdrix), des dérogations pour le transport  et le lâcher peuvent être accordées (formulaire à remplir) dans les conditions suivantes :
• Élevage ne détenant pas de palmipèdes
• Une visite vétérinaire doit être réalisée pour vérifier les mesures de biosécurité et attester le bon état de santé des animaux dans les 7 jours avant le lâcher

Le transport
Le transport doit être effectué sans rupture de charge (pas de tournée, depuis le lieu d’élevage jusqu’ au lieu de livraison. Les caisses de transport doivent être en matériel désinfectable (plastique) et rigoureusement nettoyées et désinfectées ou, de préférence, à usage unique. Le camion doit être nettoyé et désinfecté avant et après le transport.

Les lâchers
L’opérateur du lâcher doit prendre toutes les précautions pour éviter les risques de contamination par les oiseaux sauvages :
• Lâchers réalisés dans une zone dans laquelle la mobilisation des chasseurs est importante au moment du lâcher ;
• Pratiquer les lâchers avec le maximum d’éloignement des zones de chasse du gibier d’eau où les oiseaux d’eau sauvages à risques sont susceptibles de se concentrer. On peut estimer cette distance à 1 km. Par ailleurs, il convient de renoncer à tout lâcher sur un site en présence d’une colonie d’anatidés migrateurs (canard, bernaches, sarcelles …).

Mesures de biosécurité
Les mesures de biosécurité doivent être respectées par l’ensemble des détenteurs de gibiers à plumes et des chasseurs, à savoir :
• les personnes revenant de la chasse doivent changer de tenue, nettoyer leurs chaussures et le matériel utilisé pendant la chasse ;
• les caisses de transport utilisées doivent être nettoyées et désinfectées après chaque utilisation.
• Les déchets de chasse (plumes, viscères, etc…) doivent être incinérés ou traités par une méthode assainissante.
• Tout contact direct ou indirect entre les oiseaux chassés et capturés, et les oiseaux domestiques doit être évité.

La mise en œuvre de ces mesures par tous, y compris les particuliers, est essentielle pour éviter l’installation du virus et protéger les élevages du département contre le risque économique qu’il représente. La souche d’influenza aviaire H5N8 est sans danger pour l’homme. Il n’y a aucun risque à consommer des produits à base de volailles

FDC37

9 IMPASSE HEURTELOUP,37000,TOURS

JOURNEE des BOIS

Nous avons besoin de votre aide.

Le SAMEDI matin 26 novembre à 8H rendez-vous au “Piassereau”  et participez à l’entretien de pare-feux, la ré-installation de certains miradors.

Apportez vos outils : serpes, scies, tronçonneuses, cordes, échelles, etc….

VENEZ NOMBREUX  nous aider…

Merci

LÂCHERS Petit gibier à St NICOLAS de B.

Nous procéderons aux derniers lâchers de la saison :

  •   Le 20 Novembre 2016 : 50 faisans et 100 perdreaux.
  • Le 4 Décembre 2016 : 50 faisans.
  • Le 18 décembre 2016 : 50 faisans.

RAPPEL : il est interdit de tirer les poules faisanes

JOURNEES CONTINUES SAISON 2016/2017

JOURNEES CONTINUES

***

• DIMANCHE 20 novembre 2016.

• DIMANCHE 11 décembre 2016.

• DIMANCHE 15 janvier 2017.

• DIMANCHE 12 février 2017.

REGLEMENT de CHASSE 2016/2017 ACCA-SNB

ART 1 : La chasse est ouverte les dimanches, jours fériés ou le jeudi (lorsqu’ une semaine comporte un jour férié, le jeudi est non chassable). Les heures d’ouverture sont de 9 heures à 12H30 et de 14H à l’heure du coucher du soleil sauf journée continue pour le grand gibier et le tir aux pigeons à poste fixe)

Art 2 : Les dates d’ouverture et fermeture sont celles proposées par la Préfecture d’Indre & Loire à l’exception de la période des vendanges (dates à déterminer) :

ESPECES OUVERTURE CLOTURE
Chevreuils 18/09/2016 28/02/2017
Cerfs/Biches/fans 18/09/2016 28/02/2017
Sangliers 18/09/2016 28/02/2017
Lièvres 1er dimanche après vendanges Ce jour (au coucher du soleil)
Perdrix 18/09/2016 30/11/2016
Faisans (coqs) 18/09/2016 8/01/2017
Canards 21 /08/2016 à 6 heures 31/01/2017

Art 3 : Chaque chasseur sera doté d’un bracelet lièvre (plan de chasse limité à 50 lièvres). Les bracelets utilisés ou non devront impérativement être rendus au plus tard le dimanche suivant (sinon 10€ de pénalité).

Art 4 : Un prélèvement maximum de deux oiseaux pour chaque espèce par journée de chasse est autorisé. Il est interdit de tirer les poules faisanes cette année.

Art. 5 : Les propriétaires de chiens devront prévenir de leur intention de participer aux prochaines battues. Le chef de chasse, ou à défaut le président, a autorité pour valider ou non les demandes. En cas de carence des équipages inscrits, le chef de chasse fera appel à des équipages extérieurs qui seront admis à titre gratuit. Les équipages inscrits qui ne se présenteront pas - sauf cas de force majeure - ne pourront plus se représenter dans les 15 jours suivants.

Art. 6 : Les propriétaires d’équipage de chiens ne lâchent leurs chiens qu’après concertation avec le Chef de chasse (nombre de chiens, ordre de lâcher, endroit du lâcher).

ART 7 : Les chasseurs sont invités à prévenir de leur intention de participer ou non aux prochaines battues.

Art. 8 : Les consignes de sécurités et de chasse devront être lues à 9H45 au plus tard. Les chasseurs devront être présents au Piassereau dès 9H. Tout chasseur n’ayant pas assisté à la lecture des consignes de sécurité ne sera pas admis avec fusil durant la battue.

Art. 9 : Sauf journée continue, la pause du déjeuner se terminera à 14h15. La lecture des consignes se fera à 14h30. Pour les journées continues, les chasseurs se retirant de la chasse avant la fin, ne seront pas admis à réintégrer leur poste.

Art 10 : La composition des lignes et l’ordre des postes font l’objet d’un tirage au sort le matin qui reste valable pour la journée. Les chefs de lignes sont responsables du placement des chasseurs aux postes ; ils ont autorité pour expulser de leur ligne les chasseurs qui ont un comportement dangereux pour autrui. Avant et après la traque, les chasseurs se déplacent fusil non chargé. Toute manipulation dangereuse sera sanctionnée

Art 11 : La consommation d’alcool avant et sur place durant la traque est formellement interdite

Art. 12 : Les sanctions prévues dans le présent règlement (adoptées par vote à l’issue de l’AG du 5 juin 2016) sont les suivantes :

1. Non respect des consignes de sécurité : une sanction de 2 à 4 mois d’interdiction de chasser sur le territoire de l’ACCA, et l’exclusion pour la saison de chasse en cours en cas de récidive pourra être prononcée et transmise à l’autorité de tutelle pour confirmation.
2. Non respect des consignes de chasse : une sanction de 4 à 8 semaines d’interdiction de chasser sur le territoire de l’ACCA et l’exclusion pour 4 mois en cas de récidive pourra être prononcée et transmise à l’autorité de tutelle pour confirmation.
3. Pour les invités, le non respect des consignes de sécurité ou de chasse entraînera une exclusion définitive.
4. Le non respect des consignes liées aux limites de prélèvement petit gibier entrainera une sanction de 4 à 8 semaines d’interdiction de chasser sur le territoire de l’ACCA et une exclusion pour 4 mois en cas de récidive

Art. 13 : Les Invités sont admis à compter du dimanche 23 octobre

Art. 14 : Les chasseurs s’engagent à respecter les restrictions de chasse légales inscrites dans le Code de la chasse, les dispositions prévues au règlement Intérieur et dans les statuts de l’ACCA. Tout manquement relève de l’autorité de police de la chasse, Gardes ONCFS et Garde-chasse de l’ACCA en fonction des pouvoirs qui leur sont conférés.

Art. 15 : D’une manière générale, les chasseurs membres de l’ACCA-SNB s’engagent à pratiquer leur activité dans le respect des lois et des règles, ils restent courtois et aimables envers les non chasseurs qu’ils rencontrent sur leur trajet, respectent l’environnement, les propriétés qu’ils traversent et sont intraitables sur les règles de sécurité inhérentes à la chasse.

Ce règlement a été établi par le Bureau de l’ACCA

Le Président

LE PRIX des CARTES de CHASSE ACCA-SNB. 2016/2017

  • J’habite St-NICOLAS de B. depuis + de 6 mois :  170€ (*)
  • Je possède une résidence à St-NICOLAS de B. depuis 4ans ou +) : 170€ (*)
  • Je n’habite pas st Nicolas de B mais je suis propriétaire de 2 HA ou + : 170€ (*)
  • Je suis propriétaire de + de 2Ha (chassables) mais n’habite pas St NICOLAS :  170€
    • (*) Je n’ai pas participé aux travaux de l’ACCA : + 10€
    • (*) Je n’ai pas restitué mon bracelet de lièvre 2015 + 10€
    • (*) Je n’ai pas restitué ma feuille de prélèvement pt gibier + 10€
  • J’étais propriétaire mais j’ai revendu à un groupement forestier 320€ puis 480€ pour ma famille (**)
  • Je suis membre de la famille d’un propriétaire de 2Ha ou + mais n’habite pas St NICOLAS :  320€ le premier puis 480€ pour le reste de la famille (**)
    • (**) famille = conjoint, ascendant, descendant, bru ou gendre
  • Un propriétaire  de 20Ha (+)non chasseur m’a transmis son “droit de chasse” : 220€
  • Pour d’autres cas prévus dans les statuts : nous consulter.

LES ACTIONNAIRES EXTERIEURS (***) :

  • ACTION COMPLETE TOUS GIBIERS : 850€
  • 1/2 ACTION Grand Gibier (1 semaine sur 2) 450€
  • ACTION petit Gibier en plaine : 450€
  • ACTION Pt Gibier y compris bécasses/ 750€

(***) Le nombre d’actionnaires est limité, une demande d’admission préalable doit nous être adressée avant le 1er Juillet.

LES INVITES  sont admis à compter du 23 octobre 2016. Prix de la journée de chasse : 12€.

Attention : chaque invité chasse sous la responsabilité de l’invitant. 

Non-tir des poules faisanes : lettre ouverte aux autorités de la chasse…

ACCA-SNB

37140 SAINT-NICOLAS-de-Bourgueil

Monsieur le Président

FDC 37

9, Impasse Heurteloup

B.P1215

37012 TOURS

Objet : lettre ouverte destinée aux Administrateurs

De la FDC37 : Suspension du tir des faisanes durant 3 années.

 

 

Monsieur le Président, Madame, Messieurs les Administrateurs,

Président de l’ACCA de Saint-Nicolas-de-Bourgueil, je souhaite vous faire part des remarques qui m’ont été  opposées par les chasseurs lorsqu’en Assemblée Générale j’ai du annoncer la décision de ne plus tirer les poules faisanes sur notre territoire.

Lors de la création de notre ACCA en 2013, nous avons pris des décisions importantes et contraignantes pour les chasseurs  relatives à la gestion du petit gibier : nous avions la chance de posséder une volière mais placée au bord d’une réserves de 85 Ha. Les oiseaux sortants allaient directement sur le territoire d’en face où se trouvait la nourriture… et les chasseurs : résultat, les faisans étaient tous « prélevés » en moins d’un mois.

Nous avons donc mis en place des mesures qui ont entrainé une limitation drastique des prélèvements concernant faisans et perdreaux en diminuant de façon significative le territoire de chasse – la « meilleure partie » de notre territoire de chasse  (une surface de 325 Ha mise en réserves). Aujourd’hui la volière est au centre d’une réserve conséquente dont le biotope comporte de nombreux couverts, cultures céréalières, eaux en quantité et quiétude pour les oiseaux sur une zone peu fréquentée.  Nous n’avons pas interdit le tir des faisanes : depuis trois ans nous faisons des statistiques et nous avons constaté que naturellement le prélèvement des faisanes est trois fois moins important que celui des coqs ! En son temps, ces initiatives ont été acceptées par tous (ou presque !) contre la promesse de lendemains meilleurs grâce à un aménagement adapté à notre territoire de chasse.

Trois ans plus tard, nous constatons une augmentation de 25% des prélèvements avec le même nombre de lâchers. Les comptages de coqs chanteurs, cette année, ont été les plus fructueux des communes environnantes… C’est donc au moment où nous commençons à récolter les fruits de nos efforts que tombe votre décision !

Nous savons que des expériences similaires ont été déjà tentées dans des communes voisines sans résultat probant et abandonnées depuis ; peut-être aurait-il été nécessaire de faire un bilan et en tirer les conclusions utiles : à titre personnel, j’ai 53 années de chasse à mon actif, principalement le petit gibier sur des territoires très différents : je pense qu’une telle décision ne peut être efficace que si elle est accompagnée de mesures complémentaires indispensables pour la réussite d’une telle tentative :

1.     Il est indispensable de disposer d’un territoire doté d’un biotope adapté aux besoins de ces oiseaux, de dimensions proportionnelles aux populations espérées, avec de la nourriture, des couverts et la quiétude vitale pour que ces oiseaux puissent couver sereinement et à condition que l’on puisse réguler la faune de nuisibles. Ainsi, sur notre commune, un tiers du territoire est constitué de vignes dans lesquelles aucun volatile, y compris les poules faisanes, ne survit au delà de quelques semaines : même à l’échelle d’un territoire communal, les données sont différentes d’un secteur à l’autre…

2.     Pour une ACCA, le tir d’été des nuisibles et prédateurs est interdit dans les réserves et l’organisation de battues « administratives » se révèle lourde à mettre en place, le louvetier n’étant pas forcément disponible lorsque nous sommes prêts et les dernières expériences nous laissent assez dubitatifs sur l’efficacité d’une telle procédure !!! Dans notre commune, les deux tiers du territoire propices aux faisans sont en réserves ! Il nous est donc impossible de protéger les animaux que nous ne voulons plus tirer des nombreux prédateurs friands de ce type de proies. Tant que cette interdiction demeurera, une telle expérience n’aura aucune chance de réussir : ne pas tirer les poules c’est fournir à ces prédateurs toute la nourriture qu’ils souhaitent : plus il y aura de faisans, plus il y aura de renards et plus il y aura de renards, moins il restera de faisans… C’est mathématique !

3.     Permettez-moi de vous faire part de notre expérience locale : cette année, nous avons installé dans notre volière (au mois de janvier) 25 couples de faisans reproducteurs. Résultat : 6 nids comportant entre 15 à 18 œufs en couvaison effective… Tous les nids ont été dévastés par un putois (caméra à l’appui) en moins de 3  jours suite à un incident technique sans lequel cette expérience aurait vraisemblablement été un succès.

4.     Enfin, une telle décision prise unilatéralement « d’en haut » est invariablement ressentie par les chasseurs comme punitive, inefficace et donc contestée et nous savons que sans l’adhésion des principaux acteurs le résultat ne sera pas au rendez-vous : argumenter, persuader et non contraindre.

Puisque la décision a été prise malgré tout, nous tenterons de la faire respecter, mais nous vous demandons d’intervenir auprès des autorités et obtenir, comme cela a été fait dans d’autres départements, au moins les conditions minimum (battues à notre initiative et tirs d’été dans les réserves) qui donneraient à cette expérience une chance, même minime, de réussir.

Je comprends que vous ayez à cœur de prendre des initiatives, c’est votre rôle, mais peut-être conviendrait-il de les prendre en liaison avec les animateurs du terrain préalablement consultés et non mis autoritairement devant le fait accompli. A l’inverse du grand gibier pour lequel la gestion se pense à l’échelle d’un massif de plusieurs milliers d’hectares, le « petit gibier » s’organise a l’échelle d’un petit territoire et généraliser de telles mesures sans tenir compte des caractéristiques de chaque territoire et des opérations locales déjà mises en œuvre transforme une initiative à priori intéressante en une mesure impopulaire, inadaptée ici ou là, en tous cas fort mal reçue.

Pour notre part, nous appliquerons vos consignes, non par conviction mais par obligation en ayant le sentiment d’être, une fois de plus, les cobayes d’une expérience vouée à l’échec comme sur d’autres territoires et la désagréable impression de nourrir les prédateurs au détriment des chasseurs…

D’une manière générale, nous constatons tous la désaffection de chasseurs de plus en plus nombreux, notamment dans les chasses communales et populaires et toutes nouvelles restrictions contraignantes amènent de nouveaux départs si elles ne sont pas suivies d’effet. On voudrait favoriser les chasses privées au détriment des chasses populaires qu’on ne s’y prendrait pas autrement !

Monsieur le Président, Madame, Messieurs les administrateurs, votre engagement personnel est louable et vous devez en être remerciés, mais attention au syndrome de « la tour d’ivoire » qui pourrait altérer votre jugement et n’oubliez pas que vos « sujets » sont, eux, confrontés au terrain et à la réalité de chaque jour…

Je vous adresse mes sincères salutations.

Martial de ROFFIGNAC

Président ACCA-SNB



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 109 articles | blog Gratuit | Abus?